Les crânes, ossements et morceaux de squelettes se prêtent bien à la technique du raku. Le rendu craquelé blanc, avec des traces plus grises et noires d’enfumage laissent supposer qu’ils sont sortis de quelque fosse de recherches archéologique, ou ont blanchi dans le désert. Ce qui m’intéresse, c’est la forme mais aussi la difficulté de réalisation des entrelacs osseux, sachant que, si on retourne la pièce, on découvre l’intérieur de la tête, avec la voûte du palais, et tout cela communique , même si on ne peut plus le voir en fin de réalisation. Dimension : 35 cm